Vieillotte l’industrie financière ? Bien au contraire ! Elle a montré des mutations spectaculaires ces dernières années !

Souvent limitée à l’activité des banques et des assurances, l’industrie financière relève en fait de tout ce qui est du financement d’un foyer, d’un individu ou d’une organisation. Face aux nouvelles habitudes des consommateurs, les acteurs du financement ont dû s’adapter, l’innovation était cruciale. L’arrivée des fintechs, engendre de nombreuses innovations sur le marché depuis les années 90 faisant émerger de nouvelles activités et redistribuant les cartes d’une industrie traditionnelle parfois conservatrice.

Né de la contraction des mots finance et technologie le terme fintech désigne les startups qui réinventent le fonctionnement d’une industrie financière des grandes banques et assurances. Néo-banques, assurtechs, transferts d’argent simplifiés,mais aussi blockchain, intelligence artificielle, big data et mobile font ce nouveau marché en pleine construction dont la technologie est le fondement.

Néo banques, levées de fonds innovantes et assurtech

Les fintechs, un modèle récent ? 🧐

  • Paypal 1998
  • ING direct2000
  • Leetchi 2009

Le secteur financier opère en fait sa révolution depuis plusieurs décennies ! Oui, oui ! Souvenez-vous des premières banques en ligne, elles commencent à éclore dès l’aube des années 2000. Et bien que l’adoption ait été lente, les fintechs font aujourd’hui trembler les acteurs traditionnels de la finance qui puisent en les startups pour motiver leur innovation engendrant de nouveaux partenariats.

Aujourd’hui alors que les nouveaux usages financiers sont de plus en plus assimilés par les consommateurs, les créations de fintechs sont de plus en plus importantes et se développent de mieux en mieux. Elles vont chercher des consommateurs jusqu’aux catégories les plus jeunes de la population comme l’ont fait Xaalys et Pixpay. Mais le prisme d’activité des fintechs ne se limite pas à la banque, il est bien plus large : blockchain, assurtech, paiement, levée de fonds, investissement, transfert d’argent, RH… La société de gestion NewAlpha Asset Management et le cabinet de conseil Exton Consulting s’associent de nouveau pour établir l’édition 2019 du mapping des fintechs françaises. Vouspouvez le retrouver ici https://mappingfintech.com/ .

Fintech vs Tradition

Besoin de rapidité, d’acteurs plus pertinents et mieux adaptés, les startups de la fintech naissent d’un véritable besoin des consommateurs de modernisation des modes de financement. Tantôt elles viennent répondre à des besoins créés par la mutation d’un autre secteur d’activité, par exemple Alan une assurance simple pour les indépendants (parcequ’ils sont de plus en plus nombreux). Tantôt elles permettent à d’autres secteurs d’activité de fortement se développer. Que seraient les foodtech sans les fintechs par exemple ? Avant Uber eat vous payiez votre livreur généralement en liquide lorsqu’il arrivait chez vous. Aujourd’hui vous commandez via Uber eat ce que vous souhaitez manger à la carte d’un restaurant autour de vous, payez en ligne et vous faites livrer votre repas quelques minutes plus tard. Sans une technologie de paiement performante cela ne serait pas possible ! 

Dans la même veine, depuis 2017, AYOMI est la réponse à deux constats sur le marché : la majorité des sociétés lèvent entre 30 000 et 500 000 euros, un besoin trop élevé pour une banque et pas assez pour un BA ou un fonds de VC. De plus, une levée de fonds dure en moyenne 6 mois alors que le fondateur d’une startup n’a pas 6 mois à consacrer à une levée de fonds. Il était donc clair qu’avec l’accélération de l’entrepreneuriat visible ces dernières années un nouvel acteur du financement était indispensable ! Appuyée par une technologie d’intelligence artificielle, la fintech AYOMI vient réinventer le marché de la levée de fonds en répondant à un véritable besoin !

Levées de fonds et fintech

Preuve du dynamisme des fintechs, les fonds levés par les startups du secteur à fin juin 2019 s’élèvent à 504 millions d’euros (en 29 opérations) alors que le total de 2018 était de 365 millions d’euros (voir le bilan des fintechs établi par Fintech magazine). Et si les poids lourds du secteur contribuent largement à ce total, les jeunes sociétés ne sont pas en reste ! Cela se passe par exemple sur AYOMI avec le financement en earlystage de REDFOX FINANCE au mois de mai. La jeune fintech qui finance l’approvisionnement d’autres startups, clôture un premier tour à 150 000 euros qui lui permettra d’accélérer sa croissance.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *