Je suis Didier Bernard, mon métier c’est leveur de fonds et j’ai fondé Rainmakers.

Un petit disclaimer sur la levée de fonds avant de commencer ?

« Un, savoir qu’une levée de fonds prend beaucoup de temps, 9 à 18 mois. Il faut absolument avoir de la trésorerie. Deux, se préparer, il va y avoir beaucoup d’étapes, ça ne sert à rien d’y aller la fleur au fusil! Un troisième c’est de ne pas se tromper sur l’information qu’on diffuse. Quatre, d’expérience, une levée de fonds a des hauts et des bas. Tant qu’on n’a pas l’argent ce n’est pas gagné. Enfin, essentiel, tenir la boutique pendant la levée de fonds. »

Un conseil pour une levée de fonds réussie ?

 » On me demande toujours qui aller voir selon les phases de maturité de sa société. Schématiquement, 4 phases 4 types d’investisseurs. Première phase on a identifié un problème on commence à avoir des pistes de solutions mais c’est encore trop jeune pour être convaincant. En revanche ceux qui sont convaincants c’est les entrepreneurs et les entrepreneuses on va donc chercher le Love Money. Deuxième phase le projet a avancé, il a besoin de plus d’argent mais l’argumentaire est meilleur. On va chercher des investisseurs privés un peu plus riches qui sont convaincus par le projet et ses possibilités : les business angels et le crowdfunding. Troisième phase, on commence à avoir le couple produit marché et à vendre. Mais il va falloir développer le marketing, embaucher des vendeurs et faire de la communication ça coûte de l’argent et on va rencontrer les premiers fonds de Venture Capital pour faire une série A. Enfin là on passe d’un chiffre d’affaire de 1 à 3 millions d’euros à des chiffres d’affaire beaucoup plus importants, il va falloir faire de la scalabilité et on va chercher des growth investisseurs, pour faire une série B. « 

Et Ayomi dans tout ça ?

 » Trois choses importantes ! La première c’est que c’est une réponse au marché, il n’y a pas assez de de Business Angels en France et ils n’investissent pas assez par rapport à l’international, c’est absolument évident et ça prend beaucoup d’énergie. Ce qui emmène au deuxième point, AYOMI est un fantastique outil de marketing automation qui permet d’aller exploiter au sens positif du terme son réseau là où il aurait fallu des mois ou des années. Je trouve que c’est une solution extrêmement astucieuse et dans cette segmentation des outils de financement des startups, AYOMI s’est créé sa place spéciale, plus que du Love Money, pas encore de l’investissement professionnel mais un segment à part. « 

 » J’ai fait une opération avec la plateforme récemment, j’en suis ravi ! « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *