30 novembre 2022
Fintech

Vous avez dit Fintech, mais qu’est-ce que c’est ?

Bien que le secteur financier puisse sembler dépassé, il a en fait subi des changements étonnants ces dernières années avec l’émergence de la Fintech !

Souvent considéré comme limité à l’activité des banques et des compagnies d’assurance, le secteur financier englobe en fait tout ce qui a trait au financement d’une maison, d’un individu ou d’une organisation. Face aux nouvelles habitudes de consommation, les acteurs du financement ont dû s’adapter, l’innovation était essentielle. L’arrivée des Fintechs a donné lieu à de nombreuses innovations sur le marché depuis les années 1990. Donnant naissance à de nouvelles activités et redistribuant les cartes d’une industrie traditionnelle parfois conservatrice.

Le terme Fintech

Le terme Fintech est dérivé de la contraction des mots finance et technologie. Il fait référence aux startups qui réinventent le fonctionnement d’une industrie financière, des banques aux compagnies d’assurance. Néo-banques, assurtechs, transferts d’argent simplifiés mais aussi la blockchain, l’intelligence artificielle big data et les technologies mobiles composent ce nouveau marché en construction avec la technologie comme fondement.

Néo banques, levées de fonds innovantes et assurtech

Les fintechs, un modèle récent ? 🧐

  • Paypal 1998
  • ING direct2000
  • Leetchi 2009

Le secteur financier traverse sa révolution depuis plusieurs décennies ! Oui, oui ! Vous vous souvenez des premières banques en ligne ? Elles ont commencé à surgir à l’aube des années 2000. Et même si l’adoption a été lente, les startups Fintechs bousculent maintenant les acteurs de la finance traditionnelle. Celles-ci se tournent vers elles pour s’inspirer de leur propre innovation et créer de nouveaux partenariats.

Aujourd’hui, alors que les nouvelles pratiques financières sont de plus en plus assimilées par les consommateurs, la création de Fintechs devient de plus en plus importante et se développe de mieux en mieux. Ils s’attaquent aux clients même dans les catégories les plus jeunes de la population, comme l’ont fait Xaalys et Pixpay. Mais le domaine d’activité de la Fintech ne se limite pas à la banque, c’est beaucoup plus large :
Blockchain, assurtech, paiement, levée de fonds, investissement, transfert d’argent, RH…

Fintech vs Tradition

Les startups Fintech sont nées d’un réel besoin des consommateurs de modernisation des modes de financement. Parfois, ils viennent répondre à des besoins créés par la mutation d’un secteur d’activité. Par exemple Alan une simple assurance pour les indépendants à la base, fait maintenant partie des plus grosses sociétés. Parfois, ils permettent à d’autres secteurs de se développer fortement. Que seraient les foodtechs sans les Fintechs ? Par exemple, avant Uber Eat, vous payiez généralement votre livreur en espèces lorsqu’il arrivait chez vous. Aujourd’hui, vous commandez ce que vous voulez manger, vous payez en ligne et faites livrer votre repas quelques minutes plus tard. Sans une technologie de paiement efficace, cela ne serait pas possible !

Depuis 2018, Ayomi est la réponse à deux observations du marché. La plupart des entreprises lèvent entre 30 000 et 500 000 euros, un besoin trop élevé pour une banque mais pas assez pour un Business Angel ou du Venture Capital. De plus, la collecte de fonds prend en moyenne 6 mois alors que le fondateur d’une startup n’a pas 6 mois à consacrer à la levée de fonds. Il était donc clair qu’avec l’accélération de l’entrepreneuriat visible ces dernières années, un nouvel acteur du financement était essentiel ! Soutenue par la technologie de son intelligence artificielle, la Fintech Ayomi réinvente le monde de la collecte de fonds en répondant à un réel besoin !

Levées de fonds et Fintech

Au total, le premier semestre 2022 s’inscrit dans la forte accélération des années précédentes. L’écosystème des technologies françaises, dispose désormais d’un réseau dense de Fintechs, avec un groupe d’entreprises dites « licornes » européennes et internationales dans de nombreux secteurs (PME néo-bancaires, paiements, crowdfunding, crédit à la consommation, crypto, insurtech, facture économique etc.).

Nous ne pouvons pas exclure avec le durcissement actuel des conditions macroéconomiques, une période d’hésitation de la part des investisseurs et des entrepreneurs en cas de détérioration significative des conditions économiques mondiales. Une telle éventualité ne devrait toutefois pas mettre en péril les progrès de nos Fintechs ou de la viabilité de leur modèle.